Cours de l’or et de l’argent, prix de pièces d’or, lingots d’or & bijoux en or - Gold & Silver - Agence BDOR : achat, vente & rachat d’or

Ligne directe : 03 88 234 234

Brexit - Définition

QU'EST CE QUE LE BREXIT ?

Le Brexit est l'abréviation entre British et de Exit. Ce terme évoque la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Après de nombreux débats, le 23 juin 2016 David Cameron lance un référendum où 51,9% des britanniques optèrent pour le départ de l'Union européenne.

Dès lors, les incertitudes des marchés financiers au sujet du départ de l'une des grandes places fortes finançières se fit ressentir. L'once d'Or fit un bond de 8%, en tant que valeur refuge, l'Or reste une assurance pour sauvegarder son patrimoine.

LES DATES CLÉS DU BREXIT

2016

  • 23 juin 2016 : Le verdict du référendum tombe, les britanniques votent pour une sortie de l'Union européenne avec 51,9% des suffrages et un taux de participation de 72,2%
  • 24 juin 2016 : David Cameron annonce sa démission du 10 Downing Street, amenant une crise politique au Royaume-Uni.
  • 24 juin 2016 : Les ministres des affaires étrangères de 6 pays fondateurs de l'UE font une déclaration commune : "Que le Royaume-Uni fasse preuve de clarté en donnant effet à cette décision dès que possible".
  • 13 juillet 2016 : Theresa May est nommée première ministre dans la précipitation.
  • 1er Octobre 2016 : Michel Barnier, peu apprécié par la finance britannique, est désigné comme négociateur en chef chargé de la préparation du Brexit
  • 2 Octobre 2016 : Theresa May annonce que le Brexit est une chance pour le pays et pense pouvoir déclencher l'article 50 du traité de l'union européenne avant mars 2017

2017

  • 17 Janvier 2017 : Theresa May dévoile sa stratégie de sortie de l'Union européenne et parle d'un "Brexit dur et clair"
  • 24 Janvier 2017 : La cour suprême britannique contraint le gouvernement de Theresa May à bénéficier de l'aval du Parlement pour activer l'article 50. Par contre, les parlements régionaux ne seront pas consultés, ce que regrette Nicola Sturgeon, première ministre de l'Ecosse (Cette nation constitutive du Royaume Uni ayant voté contre le Brexit à 62%)
  • 13 Mars 2017 : Le parlement valide le projet de loi du gouvernement et donne son aval pour déclencher l'article 50
  • 29 Mars 2017 : Activation de l'article 50 du traité de l'Union Européenne, c'est désormais officiel
  • 5 Avril 2017 : Le Parlement Européen fixe de nombreuses conditions et se donne le droit de refuser le retrait du Royaume-Uni.
  • 29 Avril 2017 : Le Conseil de l'Europe souhaite une négociation étape par étape et exige s'accorder sur différents points pour permettre cette sortie. Dans ces points nous retrouvons les questions financières entre les britanniques et chaque membre de l'union européenne, les droits de citoyens et la question des frontières.
  • 22 Mai 2017 : La commission européenne adopte le mandat de négociation. Michel Barnier peut donc débuter les négociations avec le Royaume Uni
  • 8 Juin 2017 : Le partie de Theresa May perd sa majorité au Parlement, et doit désormais s'allier au DUP (Parti unioniste démocrate) réputé très conservateur. Le combat interne entre un Brexit Dur ou Souple débute.
  • 19 Juin 2017 : Début des négociations entre Michel Barnier et David Davis ministre chargé du Brexit : 3 groupes de travails sont mis en place pour traiter de la questions des ressortissants européens et britanniques, de la somme à verser par le Royaume-Uni à l'Union Européenne et les futures frontières dont notamment celle entre l'Irlande du Nord et l'Irlande très polémique outre-manche.
  • Juillet - Août 2017 : Ateliers de négociations sont au ralenti, le Royaume Uni et l'Europe ne trouvent pas d'accord et les tensions montent entre les 2 parties
  • 11 Septembre 2017 : Vote du Repeal Bill, cette loi permet de mettre fin à la suprématie du droit européen sur le droit britannique. Très controversée, cette loi donne les pleins pouvoirs au gouvernement pour mettre à jour plus de 12 000 règlements sans passer par la case Parlement. 
  • 22 Septembre 2017 : Theresa May affaiblie donne un discours à Florence, le ton est différent et on semble se diriger vers un Brexit plus souple.
  • Octobre Septembre Novembre 2017 : Nouveaux Ateliers de négociations, aucune avancée notable sur les négociations.
  • 4 Décembre 2017 : Entretien entre Theresa May et Jean-Claude Juncker, même si rien n'est figé on avance un peu sur certains dossiers : Une enveloppe tournant autour de 50 Milliards d'euros est évoquée et le statut des ressortissants européens progresse. Par contre le débat entre la frontière entre l'Irlande et l'Irlande du Nord fait encore débat.
  • 8 Décembre 2017 : Accords sur les 3 grands points sensibles, pas de rétablissement de frontière physique entre l'Irlande et l'Irlande du Nord.
  • 19 Mars 2017 : Publication du premier projet d'accord sur les modalités du Brexit. Une transition post Brexit de 21 mois est accordée. Toutefois 25% des dispositions dans ce projet reste en négociation

2018

  • 12 Juin 2018 : Au parlement britannique, début des échanges au sujet de 12 000 amendements à transposer dans le droit britannique.
  • 7 Juillet 2018 : Theresa May et son gouvernement propose le Plan de Chequers qui fixe l'encadrement des futures relations avec l'UE
  • 8-9 Juillet 2018 : David Davis, ministre du Brexit, et Boris Johnson, ministre des Affaires Etrangères, démissionnent pour signifier leur désaccord avec Theresa May et son Brexit doux.
  • 13 Septembre 2018 : Le gouvernement britannique communique sur les conséquences d'une sortie de l'Union européenne sans accord avec celui-ci. Des fiches par secteur d'activité anticipe les effets d'un "no deal"
  • 19 et 20 Septembre 2018 : Les chefs d'états et gouvernement européens refusent le Plan de Chequers, c'est un échec pour Theresa May
  • 3 Octobre 2018 : Theresa May continue a montré sa confiance sur la suite du Brexit. En France, un projet de loi est en préparation pour se préparer à un "no-deal".
  • 13 Novembre 2018 : Après 20 mois de négociation, un accord de sortie est trouvé entre l'Union européenne et le Royaume-Uni. Le point des frontières est réglé en maintenant le Royaume-Uni dans l'union douanière de l'UE et en contrepartie le Royaume Uni devra se conformer a certaines règles européennes comme les normes environnementales, sociales et fiscales.
  • 15 Novembre 2018 : Après de nombreuses protestations des partisants du Brexit dur et même des pro-européens, plusieurs ministres britanniques claquent la porte dont Dominic Raab le ministre en charge du Brexit.
  • 20 Novembre : L'Espagne menace de bloquer le Brexit si la question de Gibraltar n'est pas résolue. Pour la première fois depuis le début du Brexit, l'unicité des pays européens vole en éclat. Le Royaume Uni accepte de discuter avec l'Espagne.
  • 25 Novembre 2018 : Validation entre Theresa May et l'UE de l'Accord de Sortie du Royaume Uni et encadrement des prochaines négociations à venir.
  • 1er Décembre 2018 : Mise en place d'un site le "Brexit en pratique" afin d'aider les citoyens et les entreprises à se préparer aux différents scénarios du Brexit.
  • 11 Décembre 2018 : La Première ministre britannique décide de reporter le vote de l'accord de sortie du Royaume-Uni de l'Union Européenne face à l'hostilité des députés de la Chambre des communes. Theresa May retourne à Bruxelles afin de trouver un accord.
  • 12 Décembre 2018 : Theresa May fait le tour de son pays afin de convaincre les Britanniques sur l'accord du Brexit. Cet effort est vain puisque le vote a été repoussé sans la mise en place d'une nouvelle date.
  • 21 Décembre 2018 : La classe politique britannique se déchire sur l'accord négocié par Theresa May avec Bruxelles. Le 29 mars 2019, le Royaume Uni quittera officiellement l'Union Européenne. Des deux côtés de la Manche, on se prépare au pire scénario.

2019

  • 7 Janvier 2019 : Theresa May fait tout pour convaincre les députés avant que l'accord de sortie du Royaume Uni de l'Union Européenne soit soumis au vote de la Chambre des Communes le 15 Janvier.
  • 15 Janvier 2019 : Les députés britanniques rejettent à la majorité l'accord de sortie du Royaume Uni de l'UE à 432 voix contre 202. Le gouvernement britannique doit présenter un "plan B" d'ici trois jours afin de trouver une solution.
  • 16 Janvier 2019 : Situation épineuse pour la Première Ministre Britannique avec l'Irlande du Nord qui a voté majoritairement contre le Brexit. L'Irlande du Nord souhaite organiser un référendum pour devenir indépendant.
  • 22 Janvier 2019 : Suite au refus massif des députés pour la sortie du Royaume Uni, Theresa May a dû préparer un "Plan B" mais est restée sur ses positions. La perspective d'un Brexit No Deal se concrétise.
  • 05 Février 2019 : Impasse entre les parlementaires britanniques et la Commission Européenne. Il n'y a toujours pas d'accord avec les Britanniques sur leurs modalités de sortie. Tout le monde se prépare à un "No Deal".
  • 08 Février 2019 : Afin de sortir de l'impasse, Jeremy Corbyn, leader du parti travailliste, fait un pas vers Theresa May et pose ses conditions pour soutenir l'accord de sortie du Royaume Uni.
  • 15 Février 2019 : La Chambre des Communes Britanniques rejète la stratégie de négociation de Theresa May avec Bruxelles. Ils excluent également la possibilité d'une sortie "No Deal".
  • 21 Février 2019 : Les députés conservatrices britanniques Anna Soubry, Heidi Allen et Sarah Wollaston lâchent la Première Ministre. Ils sont totalement opposés au divorce du Royaume Uni avec l'Union Européenne et rejoingnent le "Groupe Indépendant"
  • 25 Février 2019 : Theresa May repousse le nouveau vote des députés britanniques prévu pour le 27 Février. Elle se donne jusqu'au 12 mars 2019 pour présenter une nouvelle proposition.
  • 26 Février 2019 : Face au risque grandissant d'une sortie du Royaume Uni en "No Deal", Jeremy Corbyn, leader du Parti Travailliste, est désormais favorable à un second référendum.
  • 27 février 2019 : La Chambre des communes a adopté deux amendements qui assurent la mise en place des nouveaux engagements de la Première Ministre Britannique pour la possibilité d'un report du Brexit. Un troisième amendement a été également voté pour sécuriser les droits des citoyens européens et britanniques en cas de "No Deal".
  • 08 Mars 2019 : La possibilité d'une sortie du Royaume Unis en "No Deal" inquiète la France et de nombreuses personnes et entreprises se préparent au pire scénario. En fonction des secteurs, un "No Deal" aurait des conséquences plus ou moins fortes.
  • 12 Mars 2019 : L'accord de retrait du Royaume Uni de l'Union Européenne négocié par Theresa May avec Bruxelles a été rejeté par la Chambre des communes le 15 Janvier 2019 mais aussi le 12 Mars 2019. Le Royaume Uni est au pied du mur.
  • 13 Mars 2019 : Suite au rejet massif l'accord de retrait du Royaume Uni, le Parlement Britannique écarte une sortie sans accord du pays de l'Union Européenne. Les députés se prononceront le 14 Mars pour une date potentiel de report du Brexit.
  • 14 Mars 2019 : Les députés Britanniques ont validé la demande de Theresa May pour convenir avec l'Union Européenne d'une prolongation d'un délai pour fixer la date de sortie du Royaume Uni.
  • 20 Mars 2019 : La Première Ministre Britannique a envoyé sa demande pour une prolongation de la date de sortie du Royaume Uni de l'Union Européenne au 30 Juin 2019 aux Vingt Sept.
  • 21 Mars 2019 : Les Vingt-Sept n'ont pas accepté la demande de Theresa May pour un report au 30 Juin 2019. La date de sortie du Royaume Uni est pour le 12 Avril 2019. Ce délai sera prorogé si l'accord de retrait est ratifié dans les prochains jours.
  • 26 Mars 2019 : La Première Ministre est toujours aussi déterminée pour valider l'accord de sortie du Royaume Uni malgré que les parlementaires britanniques lui ont tourné le dos le Lundi 25 Mars en adoptant un amendement qui leur permet de reprendre la main sur le Brexit. De plus, trois membres du gouvernement ont démissionné. Il s'agit de Richard Harrington, Alistair Burt et Steve Brine.
  • 27 Mars 2019 : De nombreux députés britanniques seraient favorables au plan de sortie du Royaume Uni si Theresa May démissionnait
  • 29 Mars 2019 : La nouvelle proposition de la 1ère Ministre Britannique pour la sortie du Royaume Uni de l'Union Européenne est de nouveau rejetée et serait reportée jursqu'au 12 Avril.
  • 03 Avril 2019 : Theresa May souhaite demander un nouveau report du Brexit avec l'aide du leader du Labour, Jeremy Corbyn.
  • 04 Avril 2019 : La collaboration entre Theresa May et Jeremy Corbyn n'a pas été un succès en raison de leurs profondes oppositions.
  • 05 Avril 2019 : La 1ère Ministre Britannique envoie une demande pour reporter la date du Brexit au 30 Juin à Donald Tusk.
  • 11 Avril 2019 : Les dirigeants Européens ont accepté de reporter une nouvelle fois la date du Brexit jusqu'au 31 Octobre 2019. La Première Ministre dispose d'un nouveau délai pour obtenir une validation de sortie du Royaume Uni de l'Europe.
  • 23 Avril 2019 : L'incetritude qui plane autour du Brexit renforce l'instabilité politique en Irlande du Nord.
  • 24 Avril 2019 : Theresa May et Jeremy Corbyn ont repris le dialogue afin de trouver un accord pour le Brexit.
  • 15 Mai 2019 : Pour la 4ème fois, les députés Britanniques voteront pour l'accord de sortie du Royaume Uni début Juin. Cependant, l'opposition des Travaillistes progressent pouvant alors rendre la tâche plus difficile.
  • 21 Mai 2019 : Ouverture d'un second référendum pour les députés Britanniques pour la sortie du Royaume Uni de l'Union Européenne.
  • 24 Mai 2019 : Suite aux élections européennes au Royaume Uni, la Première Ministre, Theresa May, annonce et officialise sa date de démission pour le 7 Juin 2019. 
  • 07 Juin 2019 : De nombreuses questions se posent suite à la démission de Theresa May. Qui pourra lui succéder ? Quels scénarios pour la sortie du Royaume Uni ? Hard Brexit ou Soft Brexit ? Est-ce que le Brexit est toujours d'actualité ? L'Europe fait le point sur ces questions et nous avons déjà des réponses. Concernant le remplacement de la Première Ministre, le processus de sélection débutera le 10 Juin et se terminera peu après le 20 Juillet. En attendant, Theresa May assurera l'interim pour ce poste. 

LES CONSÉQUENCES DU BREXIT

Tempête Financière à venir

Le Royaume-Uni, 5ème puissance économique, en quittant l'Union Européenne va secouer la finance mondiale. Ce départ ne se fera pas sans conséquence, les bourses mondiales ont déjà été impactées à la baisse lors des différentes annonces liées au Brexit. Les marchés se sont alors tournés vers la valeur refuge : l'or. Le cours de l'Or, à l'heure du référendum, se sont envolés et ce n'est certainement que le début.

Un perte d'attractivité 

Certaines grandes entreprises pour avoir un pied dans l'Union européenne avaient choisi le Royaume Uni pour établir leur siège européen. Certaines d'entre elles ont déjà débuté la migration de leur services dans d'autres pays de l'UE, un effet boule de neige va suivre car cela une réduction des investissements chinois ou américains est à prévoir.

Des partenariats commerciaux à reconstruire

Le gourvernement britannique va devoir négocier des accords commerciaux avec tous les pays, en sortant de l'Union européenne, ils auront à leur charge la négociation avec les différents gouvernements sur les différentes activités commerciales liées ou à venir. Cela prendra des années pour stabiliser le commerce extérieur. L'économie britannique risque de rencontrer une longue période de difficultés et sera fragilisée, et ceux même si le gouvernement à déjà anticipé le dialogue avec de nombreux pays.

Taxe Douanière en Hausse

On chiffre une augmentation de plus de 7 milliards d'euros de taxe douanière. De nombreuses manufactures d'entreprises étrangères vont certainement déménager afin de ne pas subir de plein fouet la conséquence du Brexit.

Un taux de pauvreté en progression

Une étude du Trésor public britannique montre qu'en partant sur un accord de libre-échange similaire à celui du Canada, les foyers britanniques perdront 4 300 livres de revenus par an (4 820 Euros). Le PIB sera en perte de vitesse.

Une récession à venir

Les britanniques voulaient sortir de la pression européenne et du poids de Bruxelles. Mais aujourd'hui, comme le prouve les grandes manifestations contre le Brexit à Londres, les britanniques ont prix conscience du "prix" à payer pour retrouver leur indépendance économique : Augmentation de l'inflation de la Livres Sterling, une économie au ralenti, un chômage en hausse, croissance en panne, échanges commerciaux en baisse. Mais ce Brexit aura également des conséquences pour d'autres pays, notamment les pays les plus proches commercialement du Royaume-Uni. Le célèbre cabinet Eulers Hermes annonce que les 6 pays les plus touchés commercialement seront la France, l'Allemagne, les Etats-Unis, l'Irlande, la Belgique et les Pays-Bas.

COMMENT PUIS-JE ME PROTEGER DU BREXIT ?

Vous l'avez compris le Brexit aura un impact lourd pour les britanniques mais également pour l'ensemble de l'économie mondiale. Le gouvernement français prend les devants pour minimiser les risques pour la France, mais qui s'occupera de vous ? 
Encore une fois l'or sera votre meilleur allié. Posséder des pièces et/ou des lingots d'or sera pour vous une protection contre le Brexit. Mais comment cette valeur refuge peut-elle vous protéger ?

  1. Nous l'avons évoqué plus haut, la livre sterling risque de perdre de la valeur, et cela risque aussi de venir afflaiblir les dollars et les euros déjà fragiles. Si la devise européenne perd de la valeur, l'or augmentera puisque sa valeur est donnée en devise. Ce qui vous permettra de préserver votre pouvoir d'achat. Pour rappel lors d'inflation, l'or est la seule protection qui vous permette de garantir votre patrimoine.
  2. La bourse de Londres, l'un des plus grands marchés boursiers, risque d'être fortement chahutée. La secousse du référendum sur le Brexit a montré la peur qu'elle suscitait, les bourses mondiales ont fortement chuté à l'annonce. Comme à chaque fois que les bourses vacillent, les marchés se tournent vers l'Or engendrant une forte hausse du cours.

Voici 2 raisons, mais il y a bien d'autres raisons d'acheter de l'or

Pour avoir de plus amples informations, nous vous invitons à prendre contact avec nos experts en métaux précieux au 03 88 234 234


NOTRE NEWSLETTER

Actualités de l'or, cotations
de l'or & news BDOR

Contact Agence BDOR Restez informés !


APPLICATION BDOR

Suivez les cours des métaux précieux et
toutes les actualités de l'Or.

Application BDOR - Cours Or et Argent TELECHARGEz L'APPLI BDOR !


CONTACTEZ UN EXPERT

Un expert vous répond au
03 88 234 234

Appeler l'Agence BDOR 03 88 234 234 Appelez-nous !

À PROPOS

L’Agence BDOR est une agence privée et indépendante, experte en achat et vente d’or - Gold & Silver. Nous proposons le cours de l’or et le prix de l’or en direct, ainsi que la valeur des lingots d’or et des pièces d’or comme le Napoléon d’or (Louis d’Or), le 50 Pesos ou encore le Souverain. Nos experts en numismatique sont là pour vous aider à valoriser votre pièce d’or ou d’argent. Bénéficiez des meilleures offres de rachat d’or et d’argent pour vos bijoux ou vieil or afin d’obtenir la meilleure cotation de l’or et ceci au meilleur moment.

CONTACT

AGENCE DE STRASBOURG
2 Rue du Travail (Place des Halles)

AGENCE DE COLMAR
24 Avenue de la République (en face du manège)

 

Ligne directe : 03 88 234 234