Cours de l’or et de l’argent, prix de pièces d’or, lingots d’or & bijoux en or - Gold & Silver - Agence BDOR : achat, vente & rachat d’or

Ligne directe : 03 88 234 234

L'Eurozone dans la tourmente : Une récession aux relents familiers

Eh bien, tenez-vous bien, amis lecteurs. L’Eurozone, que les experts économiques nous promettaient à l’abri de la récession, a décidé de faire des siennes. Inflation galopante, taux d'intérêt en hausse, ménages en souffrance et consommation en berne.


 

La zone euro, les tribulations d'une économie en berne

 

On dit souvent que la vérité est plus étrange que la fiction et l'économie n'est pas en reste. Contrairement aux pronostics des sages en économie, la zone euro s'est glissée dans une récession. L'augmentation des taux d'intérêt et une inflation galopante donnent aux ménages un goût amer de déjà-vu. La consommation plonge et la demande en nouveaux crédits se réduit considérablement, avec une faiblesse marquée en France. Un cycle économique se termine, ouvrant la voie à une phase de croissance timide qui devrait s'installer confortablement pendant quelques années.

Selon la dernière révision d'Eurostat, le PIB de la zone euro a reculé de 0,1% au dernier trimestre de 2022 et a continué sur la même lancée au premier trimestre 2023. Ce qui, aux yeux des institutions internationales, porte le sceau d'une récession, définie comme un recul du PIB sur au moins deux trimestres consécutifs. Les piètres performances allemandes contribuent grandement à ce ralentissement économique, l'Allemagne ayant vu son PIB chuter de 0,8% sur les deux derniers trimestres. En outre, l'inflation y a franchi la barre des 10% l'année dernière et se maintient à plus de 6%.

 


 

Allemagne, l'acteur perturbateur de l'Europe

 

Il fut un temps où la mondialisation heureuse et les produits importés bon marché rendaient la vie douce, et un modèle compétitif comme celui de l'Allemagne s'épanouissait. Cependant, lorsque l'économie mondiale ralentit et se restructure, les fragilités du modèle allemand ressurgissent, et les jours du "miracle économique" d'après-guerre semblent révolus.

 

Les déboires d'une économie dépendante

Depuis la crise sanitaire, le gouvernement d'Olaf Scholz a dû faire face aux conséquences de la dépendance historique de l'Allemagne envers les marchés extérieurs, en particulier la Russie et la Chine.

L'économie allemande, fortement industrialisée et largement internationalisée, subit la pression des hausses des prix de l'énergie et du ralentissement économique mondial. Au cours des trois dernières années, les fermetures d'usines se sont enchaînées et de nombreuses entreprises ont déposé le bilan. Ajoutez à cela le développement du marché automobile chinois, notamment dans l'électrique, qui fait de l'ombre à l'industrie automobile allemande.

 

Les retombées pour l'Europe

Bien que cette affaiblissement économique ne se limite pas aux frontières nationales, quand l'Europe tousse, tous les autres pays du continent prennent un rhume. Et pourquoi donc ? Car l'économie d'une nation a un impact sur celle de ses voisins. L'Allemagne, ayant été la figure de proue européenne pendant des décennies, impose souvent sa stratégie économique et politique aux autres membres de l'UE, telle une mère poule soucieuse, mais un peu trop envahissante. Cela se manifeste dans la promotion de la rigueur budgétaire, la politique axée sur l'exportation et les orientations en matière de politique énergétique, étrangère et migratoire. Hélas, les effets de cette vision du futur ont parfois frappé les pays européens comme une vieille chaussette mouillée jetée au visage.

 


 

La BCE joue les resserrements monétaires comme une symphonie

 

L'économie européenne connaît un ralentissement, victime collatérale de la politique monétaire de la BCE. Cela fait presque une année que la BCE, en essayant d'éteindre le feu d'une inflation sans précédent, augmente ses taux d'intérêt comme une famille de castors bâtissant un barrage.

 

Les facteurs qui aggravent la situation

Le blocage des chaînes d'approvisionnement, la spéculation financière, la guerre en Ukraine perturbant l'économie européenne et les marges des entreprises, tout cela a ajouté plus d'ingrédients à cette soupe chaotique qu'est la politique de la banque centrale.

Pendant que la zone euro est en récession, la BCE a encore augmenté ses taux d'intérêt de 0.25%, le taux de refinancement atteignant désormais le record de 4%. Les taux devraient encore grimper dans les prochains mois, contrairement à la FED qui garde les siens stables. De plus, la demande de crédits neufs a été réduite, particulièrement dans l'immobilier, où elle est plus basse qu'en 2007.

 

Les effets sur l'économie réelle et la sphère financière

La politique de la BCE creuse encore plus le fossé entre l'économie réelle et la finance. Elle a légèrement et progressivement réduit son bilan, tout en orchestrant une hausse de ses taux. Alors que les ménages et les entreprises souffrent, les banques et institutions financières, qui ont bénéficié de liquidités en monnaie centrale, surfent sur la vague malgré l'augmentation des coûts du crédit.

 


 

Quel avenir pour la zone euro ?

À court terme, la zone euro devrait connaître une nouvelle contraction de son PIB. À moyen et long terme, les pays européens pourraient être confrontés à plusieurs années de stagnation de la croissance. Tant que ces divergences persistent, il est utopique de parler d'une renaissance européenne.

 


 

L'or, le recours fiable face aux aléas économiques 

 

Et que fait le canari dans la mine ? Il se transforme en or, bien sûr ! En ces temps de turbulences économiques, l'or a toujours émergé comme le matelas de sécurité idéal pour se protéger des aléas boursiers. Depuis une bonne moitié de siècle, l'or a montré une tendance haussière dans la majorité des périodes de récession. Souvenons-nous du déluge financier de la crise des subprimes : notre cher canari métallique a vu son attractivité monter en flèche, avec une demande en constante progression et un prix qui a doublé en l'espace de quatre ans, de 2007 à 2011.

 

Les vagues d'or qui déferlent en temps de crise

Lorsque le monde économique a pris un coup de massue en 2020, cela a suscité une ruée vers l'or, le poussant à atteindre de nouveaux sommets. Le retour de l'inflation en 2021 a continué de propulser la valeur de l'or à la hausse, une tendance qui persiste jusqu'à nos jours. À l'heure où nous traversons une récession avec en prime un taux d'inflation élevé, l'appétit pour l'or ne fera que s'intensifier.

 


 

Le rôle ambigu de l'argent en temps de récession

 

L'argent, pour sa part, se comporte de manière plus ambivalente. Bien qu'il ait connu une montée spectaculaire lors de la crise de 2007-2008, l'argent n'a pas brillé par sa performance lors des récessions. Sur les cinq dernières décennies, son cours n'a surpassé le S&P500 que lors de trois des huit récessions : 1973, 1981 et 2007. Le marché de l'argent est intrinsèquement instable, en raison de sa taille plus réduite. Compte tenu de son utilisation dans de nombreux produits industriels (surtout dans le secteur énergétique : réacteurs nucléaires, panneaux solaires...), un ralentissement de l'activité économique peut toujours déclencher des ondulations imprévues dans le cours de l'argent.

 


 

Perspectives à court et moyen terme pour l'or 

 

À court et moyen terme, l'or semble prêt à maintenir son vol ascendant. Avec l'inflation qui persiste dans les économies occidentales, les tensions géopolitiques, le ralentissement économique mondial et le retour du protectionnisme, tous les signaux indiquent que la demande pour l'or continuera de croître dans les mois à venir. Ces facteurs sont planétaires, poussant de facto tous les investisseurs internationaux à se tourner vers le métal jaune.

Découvrir aussi

04 mars 2024

Plongez au cœur de l'univers de l'or, entre opportunités d'investissement et pièges à éviter. Un article indispensable pour tout...

03 mars 2024

L'investissement dans l'or, que ce soit en lingots ou en bijoux, nécessite une approche minutieuse pour s'assurer de la fiabilité et de...

Je suis à votre écoute pour vous accompagner vers les produits d’investissement les plus pertinents pour vous.

Appeler l'Agence BDOR 03 88 234 234 03 88 234 234

 

ACHAT D’OR EN LIGNE - AGENCE BDOR

 

L’Agence BDOR, experte en métaux précieux vous informe sur l’actualité de l’or, le cours de l’or, de l’argent ainsi que sur les pièces et lingots d’or d’investissement. Vous souhaitez acheter de l’or, rendez-vous dans notre rubrique d’achat d’or en ligne.

 

Acheter de l'or

 

Prix de l'Or

Mise à jour le 01/03/2024 à 13h30
Lingot d'Or 1 Kg60 500,00 €+0,02 %
Lingot Or 500 Gr31 600,00 €-0,78 %
Lingot Or 100 Gr6 480,00 €+1,57 %
20 Francs Napoléon Or359,80 €+0,33 %
20 Francs Coq Marianne Or359,80 €+0,33 %
20 Francs Suisse Or353,80 €+0,03 %
50 Pesos Or2 280,00 €-1,71 %
Souverain Or445,00 €-3,41 %
 

TOUS LES COURS DE L'OR

 

NOUS SOMMES SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

 

 


CONTACTEZ UN EXPERT

 

 

Appeler l'Agence BDOR 03 88 234 234 03 88 234 234


NOTRE NEWSLETTER

 

 

Contact Agence BDOR Restez informés !


ACHAT OR SÉCURISÉ

 Livraison Offerte et Assurée

 

Appeler l'Agence BDOR 03 88 234 234Acheter de l'or en ligne

À PROPOS

L’Agence BDOR est une agence privée et indépendante, experte en achat et vente d’or - Gold & Silver. Nous proposons le cours de l’or et le prix de l’or en direct, ainsi que la valeur des lingots d’or et des pièces d’or comme le Napoléon d’or (Louis d’Or), le 50 Pesos ou encore le Souverain. Nos experts en numismatique sont là pour vous aider à valoriser votre pièce d’or ou d’argent. Bénéficiez des meilleures offres de rachat d’or et d’argent pour vos bijoux ou vieil or afin d’obtenir la meilleure cotation de l’or et ceci au meilleur moment.

CONTACT

Achat Or et Argent - Contact 

Ligne directe : 03 88 234 234

AGENCE BDOR 67000 STRASBOURG 2 Rue du Travail (Place des Halles) - AGENCE BDOR 68000 COLMAR 24 Avenue de la République (en face du manège)